Métalu A ChahuterMétalu A Chahuter
recherche

Plus je vieillis plus je m’etonne - Lecture Musicale de Wislawa Szymborska

  • vendredi 17 décembre / Maison de la Poésie - 37 Rue François Galvaire - Beuvry (62)

Wislawa Szymborska : poétesse polonaise, Prix Nobel de littérature.

Langue pardonne-moi, d’emprunter des mots graves, et de faire l’impossible pour qu’ils paraissent légers.
Contemporaine de la deuxième guerre mondiale, de la terreur stalinienne ou encore de la guerre du Vietnam, la polonaise Wislawa Szymborska fait partie d’une génération marquée par la mort et l’absurdité humaine.
Mais sa force réside dans sa capacité de ravissement devant le miracle de la vie, son insatiable curiosité du monde, son scepticisme, son ironie, son esprit de contradiction et son sens de l’humour malicieux.
Son style, très personnel, s’affranchit complètement de la poésie romantique. Une liberté qui a sans doute freiné sa reconnaissance dans le monde littéraire classique, malgré un prix Nobel de littérature en 1996. Elle est finalement peu traduite en français et reste méconnue.*

Rien n’est jamais ordinaire, ni normal
La simplicité apparente du langage de ses poésies dissimule une infinité de lectures possibles et formule un perpétuel questionnement sur le rapport de l’homme à l’existence, la nature, l’animalité et l’universalité.
Le banal et le familier finissent par devenir insolites, voire extraordinaires car Wislawa Szymborska considère la réalité quotidienne comme univers à décrire, à distordre et à transcender.*

Un regard de femme sur le monde
La poésie de Wislawa Szymborska est imprégnée de sa sensibilité de femme, de sa capacité à ressentir et à exprimer la misère et la souffrance humaine, à pointer avec intuition et pertinence l’ironie de la condition humaine et à exprimer les sentiments intimes avec beaucoup de justesse.*

*(Sources : préface de C. Jezewski, Dans le fleuve d’Héraclite, Maison de la Poésie du Nord-pas-de-Calais)

Plus je vieillis, plus je m’étonne : un spectacle poétique et musical

Une mise en scène vivante en proximité avec le public
La poésie de Wislawa Sczymborska est vivante avec des phrases brèves, des formules lapidaires, des dialogues absurdes, des questionnements, mais aussi des acrobaties verbales qui ne sont pas sans rappeler Queneau.
En écho à ces textes, la mise en scène de cette lecture est vivante et les deux comédiennes-musiciennes jouent dans un décor, semblable à une petite maison.
Comme une conversation où l’on aborde divers sujets de la vie quotidienne (le climat, le médecin, les noces d’or, la guerre, les statistiques, la haine, le hasard, la poésie…), les comédiennes prennent tour à tour la parole, dialoguent, interpellent le public…
Ainsi passe-t-on, sans s’y attendre, du rire aux larmes, de la réflexion à l’émotion, de la profondeur à l’humour, cet humour ironique que Wislawa Sczymborska sait si bien manier pour mieux nous interpeller.

La recherche d’une musicalité poétique multiple
Le travail de création spécifique à la lecture musicale, est de s’appuyer sur un dialogue entre texte et musique : les musiques ponctuent, accompagnent, soulignent les mots. Nous y avons ajouté la dimension bilingue pour entendre les poèmes dans leur langue originelle.
Dans cette lecture musicale, Magdalena Mathieu et Laure Chailloux jouent ainsi à deux voix : polonaise et française. Quand l’une fait résonner les mots, l’autre fait résonner la musique, à l’accordéon, au ukulélé, au toy piano ou au chant. Une alternance complice et complémentaire qui donne à cette lecture une musicalité poétique toute particulière.

Un partenariat avec La Maison de la Poésie des Hauts de France

Cette lecture s’est nourrie du recueil bilingue « Dans le fleuve d’Héraclite » édité en 1995 par la Maison de la Poésie des Hauts-de-France traduit par Christophe Jezewski et Isabelle Marcor-Filarska.
La Maison de la Poésie a ainsi reçu le prix Nobel du seul livre édité en France de Wislawa Szymborska avant son prix Nobel. Ce livre peut être commandé à la maison de la Poésie ou acheté à la fin du spectacle.

© Christian Mathieu (photos prises à la Gare Saint-Sauveur de Lille) ; Xavier Cauhy

Caractéristiques générales

Destination : tout public à partir de 7 ans
Durée : 50 minutes
Jauge : environ 80 personnes
Équipe en tournée : 2 personnes

Conditions et demandes techniques

Espace de jeu : 4x4m minimum en salle ou en extérieur
Son : jeu en acoustique
Lumière : en salle éclairage fixe 4 PAR 56 avec gélatine ambre
Montage : 30 minutes en version extérieure / 1 heure en version salle
Démontage : 30 minutes à l’issue de la représentation

Equipe artistique

Interprétation : Laure Chailloux et Magdalena Mathieu
d’après les textes de Wislawa Szymborska, traduit du polonais par : Christophe Jezewski et Isabelle Macor-Filarska

nous suivre

  • RSS
  • Facebook
  • YouTube
Bureaux : 161 rue Roger Salengro ● 59260 Hellemmes Lille
Tél. 03 28 07 32 27 ● infos@metaluachahuter.com
Ateliers : 122 rue Dordin ● 59260 Hellemmes Lille
texture fond de page